Le guide de votre bien-être à domicile

Couche lavable

Actualités

Empreinte écologique : difficile de choisir entre les couches lavables et les couches jetables !

Actuellement, les écologistes misent essentiellement sur l’utilisation des couches lavables pour réduire l’impact environnemental des versions jetables. D’après les données de l’ADEME, un seul enfant a besoin de quelques 3 800 couches jetables jusqu'à l’acquisition de la propreté. Ajouté aux autres protections féminines et coton, ce genre de déchet atteint les 1 million de tonnes chaque année pour la France.

D’où la nécessité d’adopter les modèles lavables puisque le nombre de besoin est estimé à 30 pour un enfant et ils sont réalisés avec des matériaux biologiques comme le coton, le chanvre, la flanelle et le bambou. Conçues sans produits chimiques, les couches lavables permettent également de prévenir les problèmes d’irritation du fessier. Mais les débats sur la consommation énergétique mettent l’accent sur un autre aspect de l’impact environnemental des couches lavables : même si leur utilisation réduit les déchets, il faut calculer les besoins en énergie et en eau puisqu’une couche est lavée en moyenne 137 fois.

Les visions des spécialistes

Avec sa méthode d'Analyse du Cycle de Vie (ACV), une recherche britannique a réussi à estimer objectivement les impacts environnementaux (de l'extraction des matières premières à la fin de vie) des couches lavables et jetables. Pour Marion Fallet, pédopsychiatre, la propreté diurne de l’enfant est située entre 24 et 30 mois et la nocturne vers 27 et 34 mois. Une longue période qui nécessite une étude des impacts environnementaux dans trois domaines différents : l'emploi de ressources naturelles, la pollution de l'eau et de l'air et les émissions de gaz à effet de serre. D’où un même taux d’impact estimé à 600 kg équivalent CO2 par an, un épuisement des ressources naturelles et une acidification atmosphérique pour les deux produits.