Le guide de votre bien-être à domicile

Couche lavable

Actualités

Réduction de déchets : le projet de Perrine

Les couches jetables sont pratiques. Mais elles génèrent 875 kg de déchets de la naissance à la propreté. Ces déchets non recyclables sont destinés à l’enfouissement. Or il existe une solution alternative. La couche lavable. C’est celle que préconise Perrine Dereux dans sa boutique Ethics qui vient d’ouvrir, avenue de Dunkerque.
Perrine serait-elle partisane d’un retour moyenâgeux à ces tâches laborieuses dont ont été libérées les mères de famille ? Que nenni car depuis que «  nos déchets débordent  », les produits éthiques ont largement évolué. Oublié l’ancêtre en coton attaché par une épingle de sûreté. Les couches en matière naturelle sont absorbantes, se lavent à la machine et vont au sèche-linge. Elles sont adaptables à la taille du bébé et s’ornent de jolies couleurs… Perrine Dereux les décrit avec enthousiasme. Un sentiment qu’elle revendique depuis qu’elle s’est lancée dans cette aventure qui consiste à promouvoir les solutions alternatives à l’usage des produits courant dans une salle de bain ou à la cuisine.
Engagée par sa formation et ses convictions dans la protection de l’environnement, Perrine se définit aussi comme une personne pragmatique. Pour faire avancer une cause, il faut du concret.

Lavable égale durable
Elle a constaté que les gens sensibilisés à la nécessité de réduire leurs déchets peinaient à franchir le cap. C’est la raison qui l’a poussée à ouvrir cette boutique, dit-elle. L’idée est de démontrer que changer son mode de consommation pour un produit lavable, et donc durable, ne bouleversa pas tant que ça le quotidien de la famille. Ni le porte-monnaie. Puisque lavable égale durable. Et qu’en matière de couche, on y revient, les 5 000 protections jetables coûtent approximativement entre 1 500 € et 2000 €. Alors qu’une panoplie de lavables revient de 150 à 600 € et est réutilisable pour le second enfant.
Un argument économique que Perrine fait valoir pour les couches de bébé, mais aussi pour proposer de quoi remplacer tout ce qui est jetable par du recyclable. Elle y a ajouter enfin cette touche locale en s’étant constitué un panel de fournisseurs qui sont de petits artisans de la région.